Défis et réalités de la Cybersécurité au coeur d’une Afrique qui se digitalise

Du fait de la digitalisation rapide de l’Afrique, la cybersécurité et la sécurité des sytèmes d’informations devient un sujet préoccupant dans nos pays. Retrouvez dans cet articles les défis et les réalités de la Cybersécurité au coeur d’une Afrique qui se digitalise

 

L’Afrique est désormais sur la voie de la connexion au cyberespace. Pour preuve, le taux d’accès à Internet de la population a doublé en quelques années, pour atteindre 23,4 % en 2015. Et dû à cette révolution digitale, l’Afrique fait face à plusieurs défis majeurs dont la principale est la sécurité des systèmes d’informations : c’est à dire la Cybersécurité.

 

La réalité  et les enjeux de la Cyber sécurité en Afrique

Certains pays africains comme le Nigéria ou la Côte d’Ivoire ont été pendant longtemps, une base arrière de la cybercriminalité. L’accessibilité d’Internet, le développement de la 3G/4G, l’anonymat sur le web, le manque de sensibilisation des acteurs en entreprise et des populations à la cybersécurité ont facilité les infractions en ligne.

Les cybercriminels africains opèrent aussi bien sur le continent qu’au niveau transcontinental (en Europe essentiellement). Le « brouteur » ivoirien est très connu en Afrique et dans les pays francophones d’Europe. Il a bénéficié de l’expertise de cybercriminels nigérians qui avaient la barrière de la langue française. Leurs stratégies d’attaques étaient essentiellement de l’ingénierie sociale, le cyber-chantage, et la cyber-escroquerie.

Avec la révolution digitale, la tendance en Afrique actuellement c’est l’installation des data center. Alors que les data center font beaucoup l’objet de pas mal d’attaques informatiques.

Lire aussi :
Samsung Galaxy S9 : la fiche technique / les caractéristiques

La preuve les pays qui hébergent le plus de data center au monde sont ceux-là mêmes qui font plus objet de cyber attaque. Donc plus nous aurons de data center en Afrique plus il aura des attaques dans le cyberespace.

L’autre réalité de la cyber sécurité en Afrique c’est aussi la sécurité des systèmes de paiements en ligne, des distributeurs automatiques de billets et des terminaux des points de vente. Alors, comment faire face aux défis majeurs de la cyber sécurité ?

Lire aussi: Conséquences d’une cyberattaque comparés au coût d’une solution de Sécurité

 

Comment faire face aux défis majeurs de la cyber sécurité en Afrique

Le défi de la compétence

La sécurité ne doit pas être seulement une affaire de spécialistes mais une composante de l’ensemble des métiers de l’entreprise. Pour répondre au défi de la cybercriminalité, il faut d’abord répondre à celui de la formation, de la sensibilisation. Des ressources humaines suffisamment compétentes et sensibilisées en matière de sécurité est le premier défi que l’Afrique devrait relever. Des filières de formation de haut niveau, spécialisées dans la cybersécurité, devraient être mises en place au niveau africain :

  • de la formation initiale pour une nouvelle génération de professionnels de la sécurité, dans tous ses domaines,
  • de la formation continue pour renforcer l’expertise des acteurs sur le terrain.

Au-delà des spécialistes de la sécurité, il faudrait renforcer l’ensemble des filières des autres corps de métier de l’informatique – ingénieurs systèmes et réseaux, développeurs – avec la plus-value sécurité, de sorte que la sécurité soit dans l’ADN de tous les acteurs de l’informatique dès leur formation. Pour l’ensemble du personnel de l’entreprise et pour les citoyens de façon globale, il faudrait une sensibilisation renouvelée aux problématiques de sécurité afin de maintenir une sensibilité aux cyber risques. L’ensemble des citoyens devraient aussi bénéficier de politiques de sensibilisation à la sécurité et plus particulièrement aux techniques d’ingénierie sociale.

Lire aussi :
Apprendre le Hacking: Ethical Hacking

 

Le défi institutionnel

En matière de cybersécurité, ce qui fait aujourd’hui la force des nations comme les États-Unis, la France, la Russie, l’Angleterre, ce sont des institutions fortes spécialisées dans ce domaine ainsi que les moyens juridiques, techniques, financiers et humains qui sont mis à leur disposition. L’Afrique, elle-aussi, devrait se doter d’un cadre juridique et institutionnel puissant. La cybercriminalité étant transnationale, les moyens de défense mis en place devraient être harmonisés au niveau africain, à défaut d’être mutualisés.

Un des blocages majeurs pour relever le défi institutionnel concerne la souveraineté des Etats. La sécurité, quelle qu’elle soit, est souvent considérée comme un enjeu national. En effet, ça l’est. Mais chaque État a-t-il les moyens technologiques, humains, juridiques ainsi que l’expertise nécessaire pour anticiper et répondre efficacement aux risques cybernétiques ? A minima, il faudrait un cadre juridique harmonisé, une coopération des services de renseignement au niveau sous régional voire africain.

Lire aussi :
Conséquences d'une cyberattaque comparés au coût d'une solution de Sécurité

 

Le défi de l’investissement et du taux d’équipement  

La sécurité est également un ensemble d’infrastructures permettant d’assurer une surveillance de l’activité cybercriminelle et de la traiter. Certains pays africains ont déjà commencé à mettre en place des types de réponses tels que les CERT au Maroc, en Côte d’Ivoire, ou le Centre national de la cybersécurité au Sénégal. Mais ces réponses restent très partielles pour ces pays et pour l’Afrique dans son ensemble.

Le coût des solutions de sécurité (antivirus, firewall, IDS, etc.) étant un autre frein à  la sécurité, l’Afrique pourrait se tourner vers les solutions en Open source moins onéreuses à l’achat, beaucoup plus faciles et à sécuriser et répondant également au besoin de sécurisation des systèmes : iptables pour un firewall, Squid pour un proxy, OpensWan pour un VPN, Snort pour un IDS, OpenSSL pour une PKI, pourvu que la maintenance soit assurée.

Lire aussi: Pirater un compte Facebook: Les techniques et les moyens de protection

 

À tous ces défis, il faut ajouter:

  • La limitation d’accès à Internet et à des sites web
  • Le contrôle parental
  • Les sanctions en cas de cyberattaque.

0 Replies to “Défis et réalités de la Cybersécurité au coeur d’une Afrique qui se digitalise”

Laisser un commentaire