Motorola invente un écran autoréparable

Motorola a inventé un écran de smartphone capable de détecter des rayures et de les réparer grâce à un polymère à mémoire de forme chauffé. Cette innovation rendrait service à bons nombres de maladroits, mais les smartphones à écran autoréparable ne sont pas pour tout de suite.

 

Suite à une chute ou un frottement avec des clés dans une poche ou un sac, votre smartphone présente des rayures à la surface de son écran. Le mobile affiche une notification et propose de lancer une procédure de réparation automatique. Il suffit alors d’entourer avec le doigt la ou les zones endommagées et l’appareil fait le reste. Quelques instants plus tard, l’écran est comme neuf !
Cette idée existe, du moins sous la forme d’un brevet déposé par Motorola auprès du bureau américain des brevets et des marques (USPTO). Le document décrit un smartphone équipé de capteurs susceptibles de détecter la présence de rayures sur l’écran et d’activer une réparation automatique. Le processus repose sur un « polymère à mémoire de forme » qui peut retrouver son état d’origine lorsqu’il est chauffé. Cela fonctionnerait vraisemblablement pour des rayures peu profondes, mais sans doute pas pour des fissures importantes.
Ce matériau serait compatible aussi bien avec des écrans LCD que Oled. Cela implique que le smartphone intègre un système de résistances capable d’émettre la chaleur nécessaire pour enclencher la cicatrisation. Séduisant sur le papier, ce dispositif soulève tout de même d’importantes questions relatives à la sécurité.

Lire aussi :   Optimiser le référencement de son blog sous wordpress

L'écran autoréparable de Motorola

On ignore à quelle température le polymère à mémoire de forme demanderait à être chauffé pour fonctionner et si l’utilisateur peut ou non manipuler le mobile durant la phase d’autoréparation. Par ailleurs, on peut s’interroger sur l’incidence d’un tel système sur la batterie. En effet, toute surchauffe fait peser un risque de combustion voire d’explosion sous l’effet d’un emballement thermique. L’idée d’un polymère autoréparant compatible avec les écrans de smartphone a déjà été testée avec succès en laboratoire (voir notre actualité ci-après). Mais du laboratoire au produit fini, il y a un pas énorme à franchir qui n’est pas pour tout de suite.

Lire aussi :   La luttre contre la contrefaçon de HP (HP ACF)

Laisser un commentaire