L’Inde souhaite acquérir le train subsonique Hyperloop

Après Dubaï, Paris et Amsterdam, la Russie, la Finlande ou encore la Slovaquie, l’Autriche et la Hongrie, l’Inde veut à son tour une ligne Hyperloop. L’État indien de l’Andhra Pradesh a passé un accord avec la société Hyperloop Transportation Technologies pour construire une ligne de train subsonique. Le trajet qui dure actuellement une heure entre les villes d’Amaravati et de Vijayawada, passera à six minutes seulement.

L'Inde souhaite acquérir le train subsonique Hyperloop monastuce

Hyperloop Transportation Technologies (HTT), l’une des entreprises qui se sont lancées dans le développement de ce train subsonique, vient de signer un accord dans ce sens avec le gouvernement de l’État de l’Andhra Pradesh.

Il prévoit de relier en six minutes les villes d’Amaravati et de Vijayawada, qui sont aujourd’hui distantes d’environ une heure en voiture. Au cours de la première phase du projet qui débutera le mois prochain, Hyperloop Transportation Technologies va mener une étude de faisabilité de six mois en travaillant avec des partenaires des secteurs public et privé afin d’analyser la configuration des deux villes et concevoir le tracé le plus pertinent. À l’issue de cette étape, la construction de la ligne Hyperloop devrait être lancée.
HTT a déjà conclu des accords similaires avec d’autres villes et pays, notamment en Indonésie, Corée du Sud, France et à Abu Dhabi. En mars 2017, l’entreprise a ouvert un centre de recherche et développement en France, à Toulouse, où elle a commencé le développement du prototype de sa capsule Hyperloop, qui doit être achevée début 2018.

Lire aussi :   Des lunettes avec reconnaissance faciale intégrée

Lire aussi: GoFly: un concours pour permettre aux hommes de voler

En ce qui concerne l’Inde, aucune date précise de mise en service n’est indiquée pour le moment. Mais HTT a par le passé assuré que sa première ligne Hyperloop serait opérationnelle en 2020. Reste à voir si la société pourra tenir ce délai alors que sa piste d’essai de 8 kilomètres prévue à Quay Valley, en Californie (États-Unis), annoncée depuis 2015, n’est toujours pas opérationnelle. Pour le moment, les différentes sociétés qui se sont emparées du projet n’ont pas encore prouvé la faisabilité de ce train supersonique, et sa capacité à transporter des voyageurs dans des tubes à plus de 1235 km/h, soit au-delà de la vitesse du son. Elles semblent toutefois s’en rapprocher tout doucement. La start-up Hyperloop One, qui s’est lancée la première dans la course, a officialisé un record de vitesse accompli le 29 juillet 2017 à Apex, dans le désert du Nevada, juste au nord de Las Vegas.

Lire aussi :   Des plugins d'éditeurs de texte pourraient avoir des failles de sécurité

Il a atteint une vitesse de 310 km/h au bout de 300 mètres sur une distance totale de 437 mètres dans le tube d’essai DevLoop. Du coup, en extrapolant, Hyperloop One pense pouvoir atteindre une vitesse de 1000 km/h avec une distance de 2000 mètres. Mais gardons à l’esprit pour le moment que la société a juste prouvé qu’elle était capable de faire circuler un pod à la vitesse du TGV sur une toute petite distance.
Le prototype de tube, baptisé XP-1, ressemble à une immense baleine noire et bleue de plus de 8 mètres de long et 2,7 mètres de haut. Tout en aluminium et fibre de carbone. Il a été 4,5 fois plus vite que lors des derniers tests réalisés en mai 2017. Ce qui frappe, lorsque l’on regarde les différentes vidéos d’Hyperloop One, c’est le petit bruit caractéristique que fait le pod. Un son futuriste proche de celui d’un sabre laser.
Hyperloop One a parcouru du chemin depuis son premier test. En 2016, l’entreprise avait réuni la presse pour une démo décevante d’une minute à peine. Elle avait consisté à parcourir 50 mètres à 185 km/h et avait suscité beaucoup de scepticisme.

Lire aussi :   ADICOMDAYS Africa Digital Communication : la 2e édition à Abidjan

Laisser un commentaire