Analyse facile de la pollution de l’eau avec une anguille robot

Eel robot (littéralement, le robot-anguille) se déplace dans l’eau, mesure son degré de pollution et remonte à la source de cette dernière. Mise au point par l’École polytechnique fédérale de Lausanne, cette création Suisse est équipée de capteurs chimiques, physiques et biologiques, et peut parcourir avec aisance le fond des lacs, des mers ou des rivières.

 

L’anguille robot est en fait un robot modulaire : chaque partie du corps articulé correspond à un module qui contient tel ou tel capteur, en fonction des besoins propres aux chercheurs ou scientifiques. Certains capteurs permettent de détecter des éléments biologiques, d’autres fournissent les composés chimiques de l’eau, et d’autres encore sondent les éléments physiques. Il existe même des modules/capteurs pour tester le niveau de conductivité ou la température.

Lire aussi :
10 Conseils pour sécuriser le réseau informatique de votre entreprise ou de votre maison

Un test dans les eaux du lac Léman a prouvé la capacité du robot à identifier les variations dues à une simulation de pollution. Mobile et très fin, il se déplace facilement et permet aux chercheurs de recevoir des données en temps réel. Mais ce premier prototype n’est pas encore autonome dans son environnement aquatique. Les chercheurs doivent pré-définir le parcours que devra effectuer l’Eel Robot, mais un second modèle déjà en préparation serait beaucoup plus autonome et pourrait même détecter certains éléments de lui-même, sans recevoir d’ordre direct des chercheurs.

Laisser un commentaire