Projet Dragonfly: Google projette de lancer un moteur de recherche censuré en Chine

Après une absence de huit ans du pays le plus peuplé du monde, la recherche sur Google va faire un bond en Chine avec le Projet Dragonfly . Google aurait l’intention de lancer en Chine une version censurée de son moteur de recherche qui va mettre sur liste noire certains sites Web et termes de recherche afin de se conformer aux normes du gouvernement chinois de censurer Internet, a révélé un lanceur d’alerte.

Selon des documents divulgués par The Intercept, le PDG Sundar Pichai a rencontré un responsable du gouvernement chinois en décembre 2017 afin de revenir sur le plus grand marché mondial pour les internautes.

 

Projet Dragonfly – Moteur de recherche Google censuré

Depuis le printemps dernier, les ingénieurs de Google travaillent en secret sur un projet baptisé « Dragonfly », qui comprend actuellement deux applications mobiles Android baptisées Maotai et Longfei. L’une d’entre elles sera lancé d’ici la fin de cette année après l’approbation par les fonctionnaires chinois.

Lire aussi :
Joomla v3.8.4 corrige trois vulnérabilités XSS et SQL Injection

La version censurée du moteur de recherche Google, sous la forme d’une application mobile, aurait pour objectif de « mettre sur liste noire les requêtes sensibles » et de filtrer tous les sites Internet (informations, droits humains, démocratie, religion) bloqués par le gouvernement chinois, notamment Wikipedia , Facebook et Twitter.

En outre, Google mettra également sur liste noire des mots tels que les droits de l’homme, la démocratie, la religion et les manifestations pacifiques dans son application de moteur de recherche.

La censure sera également intégrée à la recherche d’images, au correcteur orthographique et aux fonctionnalités de recherche suggérées par Google, ce qui signifie que le moteur de recherche affichera des termes potentiellement « sensibles » ou des images interdites par leur gouvernement.

Lire aussi :
Google Android P s'appelle officiellement Android 9 Pie

Quelque 200 employés de Google travaillent sur le projet Dragonfly, l’un d’entre eux a parlé parce qu’il / elle était «contre les grandes entreprises et les gouvernements qui collaborent à l’oppression de leur peuple».

Lire aussi: Pourquoi Google Chrome marque votre site web comme « Non sécurisé »

 

Un lanceur d’alerte a également exprimé son inquiétude quant au fait que « ce qui est fait en Chine deviendra un modèle pour de nombreuses autres nations », et que ce sera « un grand désastre pour l’ère de l’information ».

Les nouvelles concernant le nouveau mouvement de Google interviennent moins d’un mois après que le partenaire chinois d’Apple a transféré les données iCloud, appartenant à 130 millions d’utilisateurs chinois, vers un service de stockage en nuage géré par un fournisseur de télécommunications mobile.

Lire aussi :
Sécuriser son compte Google plus que jamais

Pour se conformer à la loi chinoise et travailler en Chine continentale, Apple a déplacé les clés de chiffrement et les données de ses utilisateurs chinois d’iCloud de ses serveurs américains vers des serveurs locaux sur le sol chinois plus tôt cette année, malgré les préoccupations des militants des droits humains.

Laisser un commentaire